Le roi Lear

0 Aucun avis client

Neuf

 
Expédié sous 12 jours
Livraison à 0.01 € voir conditions

Fiche détaillée de "Le roi Lear"

Résumé
Nous autres Français devons faire notre deuil d'une bonne part de Shakespeare. La meilleure, disent les Anglais : sa poésie.
Admettons-le. Mais offrons à ce réprouvé de naissance au moins l'hospitalité d'une langue qui s'affirme haut et clair comme une vraie langue, digne de ce nom, comme une langue qui ne se prêtera pas plus à la traduction que la sienne, et qui peut-être lui sera douce dans son lointain exil.
Il faut retraduire tout Shakespeare avec courage, orgueil et patience. Rendre à ce théâtre génial sa violence et sa rapidité, y mettre tout le savoir-faire possible. En écoutant notre langue et notre voix autant que les siennes, en respectant leur manière particulière: en satisfaisant aux exigences du théâtre français. Nabokov : " Qu'est-ce qu'une traduction ? Sur un plateau, la tête pâle et flamboyante d'un poète. " Décapiter l'auteur est suffisant; ne jetons pas le plateau.
Jacques Drillon

 
 
 
x