Les usages de la preuve d'Henri Estienne à Jeremy Bentham

(Auteur)

0 Aucun avis client

Neuf

 
Expédié sous 8 jours
Livraison à 0.01 € voir conditions

Fiche détaillée de "Les usages de la preuve d'Henri Estienne à Jeremy Bentham"

Résumé
Sous l'Ancien Régime, les champs sémantiques de la " preuve " sont aussi complexes et plastiques que ses usages. La notion circule et innerve des pratiques très diverses, parfois de manière inattendue. La plaidoirie ou le réquisitoire réorganisent les faits, créant des fables qui s'éloignent quelquefois de la réalité et qui tendent à transformer la vérité en mensonge et le mensonge en vérité. Ces ressorts sont aussi ceux de la fiction qui exploite toutes les ressources de la probation où preuve et signe viennent à se confondre. Dans d'autres domaines, pour assurer le passage de " liaisons nécessaires " entre des éléments divers qui conduisent à la certitude, à " l'analyse morale " qui s'appuie sur des relations probables pour établir l'innocence ou la culpabilité, il faut s'être approprié un art de la démonstration qui, ayant traversé la métaphysique et les mathématiques, parvient au droit. Ce passage-là marque le rôle historiquement grandissant de la probabilité dans la prise de décision
 
 
 
x