Armes er ermures de la couronne ; au musée de l'armée

0 Aucun avis client

 
NEUF
49 € Acheter
Expédié sous : 7 jours
Livraison à 1 centime dès 18 € d'achat voir conditions
 

Fiche détaillée de "Armes er ermures de la couronne ; au musée de l'armée"

Résumé
À partir du début du XVIe siècle l'arquebuse, arme à feu portative, a supplanté l'arbalète dans l'équipement de la cavalerie légère. Le mot arquebuse, d'origine italienne, signifie « un arc muni d'une bouche à feu ». Le mousquet, plus lourd que l'arquebuse, s'est répandu un peu plus tard. Le fusil, petite pièce d'acier qui frappe le silex pour faire jaillir le feu, a donné par la suite le nom générique de ces armes à feu individuelles munies d'un long canon.
Le rouet, dispositif de mise à feu le plus répandu à cette époque, est né en Italie vers le début du XVIe siècle. Mais au tout début du XVIIe siècle est apparu le rouet français, point de départ d'un âge d'or de l'armurerie française. Alors s'est exprimée une génération d'illustres arquebusiers (fabricants d'arquebuses en même temps horlogers) qui allièrent la perfection technique à un style décoratif nouveau, où le raffinement des motifs gravés dans le métal
Remplaçait les adjonctions d'ivoire, nacre et autres matériaux.

Nous avons sélectionné pour vous