Le jardin "qui repose l'oeil sans l'égarer"

(Auteur)

0 Aucun avis client
Occasion

En stock
Expédié sous 2 jours
Livraison à 0.01 € voir conditions
9,90 €
-34%
Neuf

 
 
Produit indisponible pour le moment

Fiche détaillée de "Le jardin "qui repose l'oeil sans l'égarer""

Résumé
Paradisus, c'est la traduction qu'en offre R. Estienne en 1539 avant d'évoquer le jardin à herbes et à violettes. En 1571, De La Porte insiste : qu'il soit récréatif, potager, médicinal ou rapporte-fruit, le jardin est heureux, propice à " une joie extrême " devant un oeillet bigarré, mais aussi " le grand secours aux pauvres ", ajoute en 1685, Rochefort, précisant qu'Alexandre le Grand fit Roi de Sydon son jardinier.
 
 
 
x