Je rampe devant ton fard comme glisse le tueur dans la pénombre

0 Aucun avis client

 
Actuellement indisponible
 

Fiche détaillée de "Je rampe devant ton fard comme glisse le tueur dans la pénombre"

Résumé
" J'ai le regard rivé vers l'horizon duné de ta blanche nudité. " Guettant sur la surface neigeuse les plis et replis du vallon, par-delà les lignes subtiles des dunes et des monts, il reconnaît la fragile intimité d'une source, où une tendre dépression fait songer à la secrète douceur pubienne, tandis que plus loin, le val se courbe et dessine en son centre les lignes symétriques et arrondies d'un sein.

Vers le puits il s'achemine, vers ce creux de chair et d'eau et voudrait y disparaître, laissant derrière lui comme une brume létale, un souffle d'inexistence.

Puis il poursuit sa marche symbolique vers les doux monticules, lascifs comme des mamelles trop caressées. Il entreprend leur lente ascension et songe à des voluptés nouvelles lorsqu'elles descendent, lourdes et chaudes, vers sa bouche pour y chercher leur jouissive érection.