Le nazisme comme religion

0 Aucun avis client

 
Actuellement indisponible
 

Fiche détaillée de "Le nazisme comme religion"

Résumé
En 1920, le Parti nazi déclare son adhésion au christianisme positif dans son programme politique.
D'une perspective religieuse, une analyse des ouvrages d'Adolf Hitler et d'Alfred Rosenberg nous conduit à une explication de ce "christianisme positif" et nous étonne dans les répercussions de son application. L'hypothèse est la suivante : le nazisme comportait un objectif religieux, qui était de faire disparaître le christianisme traditionnel pour le remplacer par une vision nazie du "christianisme positif".
Le livre présente la lutte antinazie de deux théologiens germanophones, Paul Tillich et Kart Barth. Tillich voit dans le nazisme une illustration de sa théorie du démonique. Le point de vue théologique christocentrique de Barth suscite une résistance au sein des Eglises protestantes allemandes et la naissance de l'Eglise confessante. En France, la résistance spirituelle est illustrée par deux théologiens jésuites, les pères Pierre Chaillet et Gaston Fessard.