Brassaï, la maison que j'habite

Exposition, Nantes, Musée des beaux-arts, chapelle de l'Oratoire, 25 septembre 2009-4 janvier 2010, Nancy, Musée des beaux-arts, 1

0 Aucun avis client

Version papier indisponible pour le moment
Colissimo Pass

 

Fiche détaillée de "Brassaï, la maison que j'habite"

Résumé
Celui qu'Henry Miller surnommait " l'oeil de Paris " a su porter sur le monde un regard neuf.
L'aspect plus confidentiel de l'oeuvre de Brassaï qui s'inscrit dans la mouvance surréaliste est révélé ici : les murs et les pavés des villes, les objets quotidiens, les fleurs et, les plantes... tout ce qui constitue la " poésie naturelle " de l'environnement ordinaire mais aussi un ensemble inédit de collages réalisés dans la veine de son ami Jacques Prévert, à partir de planches d'un album sur Pompéi.
Le titre de ce florilège en noir et blanc : La maison que j'habite emprunté à celui d'une photographie publiée en 1934 dans la revue Minotaure pour introduire la célèbre déclaration d'André Breton sur " la beauté convulsive ", invite à partager l'intimité d'un très grand artiste du XXè siècle.

 
 
 
x