Je déteste les dieux qui n'ont pas mal aux pieds

(Auteur)

0 Aucun avis client
Occasion

En stock
Expédié sous 2 jours
13 €
-45%
Neuf

 
 
Produit indisponible pour le moment

Fiche détaillée de "Je déteste les dieux qui n'ont pas mal aux pieds"

Résumé
Ces " Variations Hugo " devaient à l'origine être le complément en prose du diptyque qui figure dans L'Homme qui marche, dont le premier panneau s'intitule " Je déteste les dieux qui n'ont pas mal aux pieds faisant suite à un poème narratif (Le retour dans la nuit), lequel était lui-même rêverie ou divagation comme on voudra, sur le retour d'Espagne d'Hugo et Juliette en septembre 1843, quand Victor apprend par le journal la mort de Léopoldine.
Pourquoi dix ans après, en 2016, les exhumer, les exposer au vent et à la lumière qui vont les effacer, comme dans le film de Fellini l'irruption du Métro de Rome en construction efface cette fresque antique soudainement mise au jour par le percement du tunnel ?
 
 
 
x