Carmen - Couverture - Vignette

Carmen - Intérieur - Vignette

Carmen - 4ème de couverture - Vignette
 

Carmen

Prosper Mérimée (Auteur)

0 Aucun avis client

Mérimée Carmen Carmen, sauvage et corrompue, passionnée sans tendresse, irrésistible et impitoyable fille de la nature, ne sait ni attendre quand elle désire, ni résister quand on lui plaît ; Carmen, qui craint, qui vole, qui aime et qui hait tout à la fois ; Carmen, une fine créature - belles dents mais pas de coeur -, tourne la tête d'un homme en lui jetant au nez une feuille de cassie ; Carmen est peinte de main de maître ; on ne l'aime pas, on aime rarement les héroïnes de Mérimée - et, cependant, les hommes sont ... Lire la suite du résumé
NEUF
3 € Acheter
En stock expédié sous : 24h
Livraison à 1 centime dès 12 € d'achat > voir conditions
[Fermer]

Conditions et tarifs de livraison de votre commande :
  • 1 centime seulement, dès 12 € d’achat !
  • 2,89 € en-dessous de 12 € d’achat.

Ces tarifs sont valables pour la France métropolitaine et Monaco ; pour les autres pays, consultez notre grille.
eBook
0 € -100%* Acheter
Téléchargez immédiatement
*Réduction par rapport au prix public du livre papier

Nous avons sélectionné pour vous

Témoin d
Collectif
Prix réduit
29,00 € 89,00€
Grandes heures des manuscrits irakiens
Collectif
 
39,00 € 
Paris Match - Guerre et Paix - le coffret
 
Prix réduit
21,90 € 45,00€

Fiche détaillée de "Carmen"

Fiche technique
Livre en français
Résumé
Mérimée Carmen Carmen, sauvage et corrompue, passionnée sans tendresse, irrésistible et impitoyable fille de la nature, ne sait ni attendre quand elle désire, ni résister quand on lui plaît ; Carmen, qui craint, qui vole, qui aime et qui hait tout à la fois ; Carmen, une fine créature - belles dents mais pas de coeur -, tourne la tête d'un homme en lui jetant au nez une feuille de cassie ; Carmen est peinte de main de maître ; on ne l'aime pas, on aime rarement les héroïnes de Mérimée - et, cependant, les hommes sont si bons ! On est encore fâché de la voir ainsi massacrée à coups de couteau par ce pauvre José, qui a tort, puisqu'on ne l'aime plus. On ferme le livre, et on voit encore ce grand oeil noir mourant, à demi éteint, à la fois fixe et vague. Introduction, notes et commentaires de Jean Balsamo.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. En savoir plus [Fermer]