L'importance de vivre - Intérieur - Vignette

L'importance de vivre - 4ème de couverture - Vignette

L'importance de vivre

Yutang Lin (Auteur)

0 Aucun avis client

Nul autre que Lin Yutang, lettré chinois pétri de culture occidentale - qui disait "penser en chinois avec un pinceau et en anglais avec une machine à écrire" - pouvait réussir à nous éclairer sur le sens que nous donnons au mot "bonheur" en Occident et en Chine. "Quel peut être le but de la vie, si ce n'en est la jouissance ?" Avec cette formule pour postulat, Lin Yutang ne se soucie pas de philosophie, mais de "la vie toute chaude". Et cette vie qui est la nôtre, déjà en 1938, date où il écrit ce livre, il déplore ... Lire la suite du résumé
Bientôt disponible !
Pour recevoir une alerte par e-mail
dès qu'il sera à nouveau disponible, cliquez-ici

Nous avons sélectionné pour vous

Fiche détaillée de "L'importance de vivre"

Fiche technique
Livre en français
Résumé
Nul autre que Lin Yutang, lettré chinois pétri de culture occidentale - qui disait "penser en chinois avec un pinceau et en anglais avec une machine à écrire" - pouvait réussir à nous éclairer sur le sens que nous donnons au mot "bonheur" en Occident et en Chine. "Quel peut être le but de la vie, si ce n'en est la jouissance ?" Avec cette formule pour postulat, Lin Yutang ne se soucie pas de philosophie, mais de "la vie toute chaude". Et cette vie qui est la nôtre, déjà en 1938, date où il écrit ce livre, il déplore qu'elle soit "trop compliquée, notre science trop sérieuse, notre philosophie trop sombre et nos pensées trop embrouillées". Convoquant ses "compagnons spirituels", poètes et philosophes chinois, mais aussi Thoreau ou Nietzsche, il fait l'éloge d'un homme pleinement homme, capable de goûter à toutes les saveurs de l'existence. Car le banquet de la vie est devant nous et la seule question qui se pose est celle de notre appétit.

Biographie de l'auteur

Les Éditions Philippe Picquier ont décidé de faire redécouvrir l'oeuvre de Lin Yutang, cet écrivain qui voulait passionnément faire connaître la Chine à l'Occident. Toute son oeuvre, abondante, en témoigne : articles, romans, essais comme La Chine et les Chinois (aux Editions Payot), et même un dictionnaire chinois-anglais qui fait encore autorité parmi les linguistes. Né dans le Fujian, fils d'un pasteur presbytérien, Lin Yutang (1895-1976) fait ses études en Occident, à Harvard et Leipzig. L'invasion des Japonais puis son soutien à Chiang Kai-shek l'obligent à s'expatrier aux États-Unis. Il a achevé sa vie entre Taiwan et Hong Kong où il enseignait.

Détails

Nul autre que Lin Yutang, lettré chinois pétri de culture occidentale - qui disait "penser en chinois avec un pinceau et en anglais avec une machine à écrire" - pouvait réussir à nous éclairer sur le sens que nous donnons au mot "bonheur" en Occident et en Chine. "Quel peut être le but de la vie, si ce n'en est la jouissance ?" Avec cette formule pour postulat, Lin Yutang ne se soucie pas de philosophie, mais de "la vie toute chaude". Et cette vie qui est la nôtre, déjà en 1938, date où il écrit ce livre, il déplore qu'elle soit "trop compliquée, notre science trop sérieuse, notre philosophie trop sombre et nos pensées trop embrouillées". Convoquant ses "compagnons spirituels", poètes et philosophes chinois, mais aussi Thoreau ou Nietzsche, il fait l'éloge d'un homme pleinement homme, capable de goûter à toutes les saveurs de l'existence. Car le banquet de la vie est devant nous et la seule question qui se pose est celle de notre appétit.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. En savoir plus [Fermer]